12 octobre 2020 Articles scientifiques

Source : J Acquir Immune Defic Syndr  Volume 85, Number 2, October 1, 2020

Auteur : Smitha Gudipati, Indira Brar, Shannon Murray, John E. McKinnon, Nicholas Yared, and Norman Markowitz


BACKGROUND

COVID-19 disease has spread globally and was declared a pandemic on March 11, 2020, by the World Health Organization. On March 10, the State of Michigan confirmed its first 2 cases of COVID-19, and the number of confirmed cases has reached 47,182 as of May 11, 2020, with 4555 deaths.

INTRODUCTION

Severe acute respiratory syndrome coronavirus-2 (SARS-CoV-2) is a novel coronavirus first detected in December 2019 in Wuhan, Hubei Province, China.1 Many of the initial cases had a common exposure to the Huanan Wholesale Seafood Market that also traded live animals.2 SARS-CoV-2 was then identified on January 7, 2020, by the Chinese Center for Disease Control and Prevention, which then disclosed the genomic sequence on January 11, 2020.3 The World Health Organization named the infection caused by SARS-CoV-2, COVID-19. Since the initial detection of COVID-19, the disease has spread globally and was declared a pandemic on March 11, 2020, by the World Health Organization.4 In the United States, Detroit, Michigan, had become a “hotspot” of COVID-19 infected patients with the number of confirmed cases reaching 47,182 as of May 8, 2020, with 4555 deaths in Michigan (fourth most deaths in the United States).5 Currently, little is known if patients living with HIV (PLWH) are at a higher risk of severe COVID-19 or if antiretroviral medications used to treat HIV are protective against severe COVID-19. Tenofovir has been shown in vitro to tightly bind to the SARS-CoV-2 RNA-dependent RNA polymerase.6 Alternatively, lopinavir–ritonavir has already been shown to have no benefit beyond standard care in a large randomized control trial.7,8 In addition, little is known if and how frequently PLWH mount the intense cytokine response leading to cytokine storm and severe COVID-19. We describe our single-center experience in Detroit, Michigan, of COVID19 in patients infected with HIV-1. We reviewed patients’ demographics, clinical characteristics of both their HIV and COVID-19 coinfections, the antiviral and antiretroviral treatments they received, and their clinical outcomes.


Télécharger l’article complet

12 octobre 2020 Articles scientifiques

Source : AIDSNovember 01, 2020 – Volume 34

Auteur : Yousaf B. Hadi , Syeda F.Z. Naqvi , Justin T. Kupec and Arif R. Sarwari


OBJECTIVE

We studied clinical outcomes of COVID-19 infection in patients living with HIV (PLH) in comparison to non-HIV population.

INTRODUCTION

Severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARSCoV-2) related disease (COVID-19) has emerged as the major health crisis of 2020 [1]. Its impact on patients with preexisting infection with HIV has hitherto not been studied extensively. Recently, the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) highlighted that patients living with HIV may be at a heightened risk of severe illness from SARS-CoV-2 as compared to the general population [2]. This postulated increased risk was attributed to both biological immune compromise and comorbidities as well as socially produced burdens. However, others have suggested that the use of antivirals in this population may confer relative protection from the virus [3]. Considering the large global burden of patients living with HIV, data on COVID-19 infection in these patients are scarce and are limited to case reports and small case series, which do not allow for comparison of outcomes with non-HIV populations [4,5]. We aimed to utilize a multicentre research network to study outcomes in patients with COVID-19 with preexisting HIV infection in comparison to those without HIV coinfection.


Télécharger l’article complet


Source : JAMA. Published online June 3, 2020. doi:10.1001/jama.2020.10044 Auteur : Pilar VizcarraMaría J Pérez-ElíasCarmen QueredaAna MorenoMaría J VivancosFernando Dronda,  José L Casado, on behalf of the COVID-19 ID Team.

ANALYSE

Commentateur

Dr REY David

Objectif

Décrire le taux d’infection, et les caracéristiques cliniques, des infections COVID chez les patients adultes vivant avec le VIH.

Points faibles

Possible surestimation en incluant des cas suspects donc non confirmés, mais aussi de sous-estimation compte-tenu des recommandations locales limitant les frottis diagnostiques.

Conclusion

Taux d’infection COVID de 1,8% dans cette cohorte de PVVIH (1,2% pour les cas confirmés, versus 0,9% dans la population générale de la région). Présentation clinique et radiologique comparable à la population générale. 6 formes sévères (12%) dont 2 ont des CD4 < 200/mm3, et 2 décès (4%). Pas d’effet protecteur des ARV. La prise en charge doit être la même que pour les personnes non infectées par le VIH. Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.  


Source : Lancet HIV 2020 May 25;S2352-3018(20)30146-6. doi: 10.1016/S2352-3018(20)30146-6. Auteur : Muhammad JunejoNicolo GiromettiAlan McOwanGary WhitlockDean Street Collaborative Group

ANALYSE

Commentateur

Dr REY David

Objectif

La clinique de santé sexuelle du 56 Daen Street à Londres, délivre le Traitement Post-Exposition après risque sexuel, selon les recommandations; en 2018, celle seule clinique a délivré 1/4 des 12 000 TPE du pays !

Conclusion

Baisse de 80% de distribution du TPE dans la clinique de santé sexuelle ayant la plus grosse activité du pays. Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.  


Source : Infection Auteur : Härter G et al

ANALYSE:

Commentateur : Dr David REY.

Objectif :

  • Description clinique des patients infectés par le VIH, ayant fait une infection COVID
Principaux résultats :
  • Age moyen: 48 ans,
  • 30 hommes.
  • Charge virale VIH indétectable: 30/32. Médiane CD4: 670/mm3 (69-1715).
  • 42% ont été hospitalisés, dont 43% en réanimation. 3 décès sur 32 patients.
  • 22 patients étaient sous TDF ou TAF,
  • 20 sous anti-intégrase et 4 sous inhibiteur de protéase (darunavir boosté).
Conclusion :
  • Mortalité élevée sur un petit effectif (9%) en partie liée à âge et comorbidités. Manifestement pas d’effet protecteur des ARV, notamment des IP.
Accédez à l’analyse complète ICI.


Source : Journal of International AIDS Society Auteur : Enver Akalin and al.

ANALYSE:

Commentateur : Dr David REY.

Objectif :

  • Résumé de l’efficacité clinique des ARV sur les virus SARS, MERS et SARS-CoV-2
Principaux résultats :
  • Pas de bénéfice dans les essais randomisés, les études observationnelles ne sont pas concluantes.
  • Based on available evidence it is uncertain whether LPV/r and other antiretrovirals improve clinical out- comes in severe symptomatic disease or prevent infection among patients at high risk of acquiring COVID-19.
Conclusion : 
  • Pas d’efficacité démontrée des ARV sur SARS, MERS et COVID-19
Accédez à l’analyse complète ICI.


Source : Pharmacological Research Auteur : Agostino Riva and al.

ANALYSE:

Commentateur : Dr David REY. Principaux résultats : 3 patients infectés VIH (2 hommes et 1 femme, 57 à 63 ans), font une infection COVID prouvée, alors qu’ils sont sous darunavir boosté tous les 3, avec un bon dosage plasmatique juste avant le COVID (donc une bonne observance). Tous les 3 étaient en charge virale indétectable. Traitement du COVID: darunavir maintenu dans 1 cas, passage au lopinavir dans les 2 autres, dans tous les cas avec hydroxychloroquine. Evolution favorable, mais 2 sont encore hospitalisés. Conclusion : Confirme l’absence d’efficacité du darunavir sur le SARS-CoV-2. Accédez à toute l’analyse ICI.


Source : The Lancet HIV

Auteur :JL Blanco


ANALYSE

Commentateur : Dr David REY

Objectifs :

  • Première description d’infections COVID chez des patients infectés par le VIH

Principaux résultats :

  • 3 hommes et 2 transgenres (au total 4 HSH).
  • Tous ont moins de 50 ans, 2 ont 1 comorbidité (asthme, hypothyroïdie).
  • Sur le plan du VIH: 4 ont des CD4 > 400/mm3, la charge virale est indétectable chez 4 d’entre eux.
  • Traitement en cours avant le COVID: trithérapie avec IP (2) et anti-intégrase (2).
    • Tous les 5 sont traités par IP pour le COVID (lopinavir: 3, darunavir: 2), associé à hydroxychloroquine (4 patients), azithromycine (3), interféron beta (2), corticoïdes (2), tocilizumab (1). 4 patients sont sortis, le 5ème reste en soins intensifs.

Points forts :

  • Premier article sur COVID chez des patients infectés par le VIH.

Points faibles : 

  • Cocktail thérapeutique du COVID conséquent !!!

Conclusions :

  • Parmi les patients hospitalisés à Barcelone pour COVID-19, la part des patients infectés par le VIH représente environ 1%.
  • Ils sont plutôt jeunes.
  • Les ARV ne semblent pas protéger du COVID ! 4/5 ont des CD4 normaux et une charge virale indétectable.

Lire l’analyse détaillée ICI.


Télécharger l’article complet

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés