Source : BMJ Auteurs : Mohammad S Raza and al.
  “Voici un article du BMJ, qui propose des outils d’aide à la prise en charge et au suivi psychologique des personnes isolées en période épidémique. Les encarts qui y sont inclus sont clairs et opérationnels. Un “plus” intéressant : une patiente a relu le papier et émis des commentaires.
L’article rappelle aussi ceci : “Loneliness is a subjective unpleasant experience […]  It is a psychological manifestation of social isolation […] and is associated with adverse impacts on mental and physical health, including premature death at rates comparable to obesity and smoking”. ” présenté par le Dr Marie MOITRY


Source : SciencesDirect

Auteur : H. Javelot et al.


ABSTRACT:

Des recommandations franc¸ aises ont été proposées sur l’emploi des psychotropes etles adaptations éventuelles pendantl’épidémie au SARS-CoV-2. Entre incertitudes liées au manque de données et spéculations sur le fait que certaines médications psychotropes pourraient présenter un éventuel bénéfice face au coronavirus, nous proposons ici des éléments permettant de fonder les décisions pharmaco-thérapeutiques potentiellement utiles chez les patients Covid+ souffrant de troubles psychiatriques.

 


Télécharger l’article complet


Source : ORCID

Auteur : H. Javelot et al.


Letter to editor :

The coronavirus disease 2019 (COVID-19) pandemic has caught the scientific community and hospitals off-guard and the race is on as clinicians grapple with novel treatment strategies and constantly changing recommendations. Patients with mental health disorders are particularly vulnerable to the coronavirus outbreak for various reasons, including cognitive impairment, little awareness of risk, diminished efforts regarding personal protection, and more barriers in accessing timely health services.

 


Télécharger l’article complet


Source : SciencesDirect Auteur : H. Javelot et al.

ABSTRACT:

La pandémie 2019–20 liée au coronavirus (SARS-CoV-2 ; severe acute respiratory syndrome coronavirus 2) a des conséquences dramatiques sur les populations en termes de morbi-mortalité et en terme social, le confinement général de près de la moitié de la population mondiale étant une situation inédite dans l’histoire, dont il est difficile aujourd’hui de mesurer l’impact aux niveaux individuel et collectif. Elle touche plus spécifiquement des personnes présentant différents facteurs de risque, qui sont plus fréquents chez les patients souffrant de troubles psychiatriques.


3 avril 2020 Recommandations


Les établissements autorisés en psychiatrie, au même titre que l’ensemble des établissements, adaptent leur prise en charge pour la mise en œuvre des consignes gouvernementales décidées face à l’augmentation rapide du nombre de cas COVID-19 en France. Cette fiche rédigée le 22 mars 2020 dans le contexte du passage au stade 3 de l’épidémie au niveau national, vise à accompagner les acteurs dans ces réorganisations urgentes.


Télécharger l’article complet


Source : L’encéphale

Auteur : Chevance A. and al.


ABSTRACT

Objectif

L’absence de préparation du système de soins psychiatriques à l’épidémie de virus SARS-CoV-2 fait redouter un scénario pessimiste pour la santé physique et mentale des patients suivis en psychiatrie. L’objectif de cet article est de proposer des éléments de guidance pour réorganiser les soins psychiatriques dans le contexte de pandémie COVID-19.

Méthode :

Les auteurs ont réalisé une synthèse de la littérature internationale combinée au partage des expériences locales françaises.

Résultats :

Les patients souffrant de troubles psychiques semblent particulièrement vulnérables à ce virus et à la pandémie : vulnérabilités liées aux comorbidités médicales, à l’âge, aux troubles cognitifs qui peuvent entraver le respect des consignes de confinement, et aux complications psychosociales. Plusieurs initiatives ont été prises pour assurer la continuité des soins et contenir l’épidémie : création en psychiatrie d’unité COVID+ co-supervisée par des médecins généralistes ou internistes, restriction des consultations aux cas sévères et redéploiement des soins en téléconsultation, accompagnement de type case-management pour les sorties précoces ou l’impossibilité d’hospitaliser, accompagnements spécifiques pour les complications psychiques du confinement. Les populations suivies en pédopsychiatrie, en psychiatrie du sujet âgé, en addictologie ou détenues en prison doivent bénéficier d’une attention particulière. Plusieurs questions restent en suspend : la question de l’interaction négative ou positive des traitements sur l’infection SARS-CoV-2, l’épidémiologie de l’infection chez les personnes souffrant de troubles psychiques, leur adaptation à un confinement long.

Discussion :

Une prise de conscience par les décideurs politiques de la grande vulnérabilité de ces populations et des institutions psychiatriques dans cette situation de catastrophe sanitaire est urgente.

https://www.elsevier.com/fr-fr/connect/psy/sons-troubles-psychiques-pendant-sars-cov-2


Télécharger l’article complet

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés