Source : Radiology

Auteur : Ian LEONARD-LORANT and al.


ABSTRACT :

Reports of acute pulmonary embolism associated with COVID-19 have emerged in the literature. For example, Chen et al. described 25 pulmonary CT angiograms examinations from 1008 COVID-19 patients; 10 were positive for pulmonary embolism mostly as segmental or sub-segmental APE [1]. In addition, D-dimer levels have been reported as elevated in patients with COVID-19 [2; 3] with the suggestion of an independent association between the severity of the disease and the level of D-dimer [4]. The purpose of this report is to describe the rate of pulmonary embolus in patients classified as COVID-19 infection and who underwent chest CT at atertiary referal center.


Télécharger l’article complet


Source : Radiology Auteur : Hyungjin Kim and al.

ANALYSE:

Commentateur : Dr Mathieu OBERLIN

Objectif : 

  • Evaluer la performance du scanner thoracique et de la RT-PCR, à travers la valeur prédictive, en fonction de la prévalence de la maladie
Principaux résultats : 
  • Pour le TDM
    • VPP 1,5%, VPN 99,8% si prévalence 1%
    • VPP 14,2% et VPN 98,2% si P 10%
    • VPP 48,8% et VPN 90,6% si P 39%
Conclusion : 
  • En dehors d’une phase épidémique avec prévalence >40%, l’utilité du TDM thoracique pour screener les malades est mauvaise.
Téléchargez l’analyse complète ICI


Source : The LANCET Infectious Diseases Auteur : H SHI and al.

ANALYSE

Commentateur : Dr David REY

Objectif

Décrire l’évolution des images scanographiques dans les pneumonies COVID-19.

Principaux résultats

  • Age poyen: 49,5 ans.
  • Tous les patients ont des anomalies scanographiques.
  • Atteinte bilatérale: 79% des patients.
  • Opacités en verre dépoli sont les images les plus fréquentes, notamment aux stades 1 et 2, avec condensations au stade 3; stade 4: opacités en verre dépoli et aspects réticulés.

Points forts :

Scanners faits à différents temps de l’infection. Bonne iconographie.

Points faibles :

Pas d’évolution individuelle du scanner.

Conclusion

Pneumonie COVID-19 se manifeste le plus souvent au scanner par une atteinte bilatérale, sous-pleurale, par des opacités en verre dépoli avec bronchogramme aérien, bords mal délimités, et plus souvent du lobe inférieur droit. Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.


Source : PLOS ONE Auteur : Yuan M et al.

ANALYSE

Malgré des biais méthodologiques importants, il semble exister une association entre le CT score ( fonction du degré de condensation et du volume pulmonaire atteint) et la mortalité.

Commentateur

Dr Mathieu OBERLIN

Objectif

analyser l’association entre images scannographiques et mortalité

Points forts

Utilisation du CT score, déjà décrit dans la littérature

Points faibles

Egalement traités par ribavirine et/ou oselmativir et/ou antibiotiques également. Certains glucocorticoïdes ou immunoglobulines. En plus d’être un petit échantillon, population très hétérogène
10 décès/27! (mortalité : 37%)
quel kappa dans l’interprétation des données?

Conclusion

Malgré des limites méthodologiques majeures (taille de l’échantillon, agrément de l’interprétation des CT scans inconnu, absence de données cliniques, population non représentative), les auteurs retrouvent une association entre condensations pulmonaires et mortalité, prélude à des études de plus grande ampleur Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.


Source : AJR 2020; 214:1–6 AuteursWei Zhao, Zheng Zhong,Xingzhi Xie, Qizhi Yu, Jun Liu
 

ANALYSE

Commentateur

Dr Oberlin Matthieu

Objectif

Décrire les lésions observées en cas d’infection Covid-19 en fonction du devenir.

Thème

Association entre gravité des malades et images scannographiques.

A Noter

Malgré un faible échantillon, des images particulières semblent associées au pronostic péjoratif (architectural distortion, traction bronchiectasis, intrathoracic lymph node enlargement, and pleural effusions). Nous n’avons cependant aucune information sur les antécédents des malades : anomalies préexistantes ?

Points forts

Premières données sur le pronostic.

Points faibles

Concordance des interprétatons inconnue Définition des formes sévères et non sévères imprécise Pas de description clinique des populations (SpO2, FR…)

Conclusion

La présence d’images scannographiques comme les bronchectasies de traction avec distorsion architecturale, adénopathie set épanchements pleuraux paraissent être de mauvais pronostic.
Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.


Source : American Journal of Roentgenology Auteurs : Sana SalehiAidin AbediSudheer Balakrishnan, Ali Gholamrezanezhad

ANALYSE

Commentateur

Dr Oberlin Matthieu

Objectif

Identifier les caractéristiques scannographiques de l’infection à Covid-19 pour son diagnostic, identifier les différentes étapes de l’infection. Essayer de corréler des images aux données de gravité clinique et au pronostic.

Thème

Revue de la littérature concernant les images scanographiques observées dans les infections à covid.

A Noter

Les manifestations les plus fréquentes sont les opacités en verre dépoli (88,0%), le caractère bilatéral (87,5%) et multilobaire (78,8%) et la distribution périphérique (76,0%). Les lésions évoluent avec le stade de la maladie : en cas de progression rapide (entre 3° et 7° jour), apparition de condensations alvéolaires et de bronchogrammes.

Points forts

Première synthèse des données.

Points faibles

Définition de l’infection à covid-19 possiblement non homogène (données scannographiques? RT-PCR? Type de prélèvement?) Faible taille des échantillons.

Conclusion

Première synthèse des données iconographique pouvant servir, outre de pédagogie, de base de comparaison pour des études pronostiques ultérieures. Des études plus complètes sont nécessaires pour comprendre la variété des images observées et leur éventuel caractère pronostic.   Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés