Source : The Lancet Auteurs : Rüdiger Groß and al.
  “Ce papier rapporte la détection de SARS-CoV-2 dans le lait maternel d’une femme et de son nouveau-né, tous deux infectés par le COVID-19. Il interroge sur les modes de transmission materno-foetale, notamment l’allaitement.” présenté par le Dr Marie MOITRY


Source : The NEJM Auteur : L.Chen et al

ANALYSE

Commentateur : Dr Catherine RONGIERES

Objectifs :

  • Informations épidémiologique, , clinique,  laboratoire, caractéristiques radiologiques, traitement et résultats des femmes enceintes atteintes de Covid-19
Principaux résultats :
  • patientes infectées représentent 0,24% des femmes enceintes pour la même période .
  • 64% ont été infectées au 3eme trimestre.
  • 71% de PCR + signes rencontrées )
    • fièvre  (75%)
    • Toux (73%)
    • Lymphopenie (44%)
  • Infiltrats des deux bases pulmonaires après scanner thoracique (79%)
  • 58% d’accouchements durant cette période  dont 93% de césarienne pour des effets du Covid 19 sur la grossesse .
  • la majorité des formes graves se sont passées après l’accouchement (6/9)
  • 21 % de prématurité. Pas d’enfant malade. Pas de décès maternel


Source : The NEJM Auteur : Sutton D et al

ANALYSE

Commentateur : Dr Philippe DERUELLE

Objectifs :

  • Détecter l’infection au SRAS-CoV-2 chez les femmes admises à l’accouchement et systématiquement prélevées par des écouvillons nasopharyngés avec un test quantitatif de PCR
Principaux résultats :
  • Quatre femmes (1,9%) avaient de la fièvre ou d’autres symptômes de Covid-19 à l’admission, et les 4 femmes ont été testées positives pour le SRAS-CoV-2.
  • Sur les 211 femmes sans symptômes, toutes étaient apyrétiques à l’admission.
  • Des écouvillonnages nasopharyngés ont été obtenus auprès de 210 des 211 femmes (99,5%) qui ne présentaient pas de symptômes de Covid-19;
  • parmi ces femmes, 29 (13,7%) étaient positives pour le SRAS-CoV-2. Ainsi, 29 des 33 patients qui étaient positifs pour le SRAS-CoV-2 à l’admission (87,9%) n’avaient aucun symptôme de Covid-19 à l’admission.
  • Parmi les 29 femmes asymptomatiques mais positives pour le SRAS-CoV-2 à l’admission, la fièvre est apparue chez 3 (10%) avant la sortie du post-partum (durée médiane de séjour, 2 jours).


Source : Acta Obstet Gynecol Scand Auteur : Zaigham M et Andersson O

ANALYSE

Commentateur : Dr Philippe DERUELLE Objectif :
  • Résumer les manifestations cliniques et les résultats maternels et périnataux de COVID ‐ 19 pendant la grossesse rapportées dans la littérature
Principaux résultats :
  • La plupart des études rapportent des femmes se présentant au troisième trimestre avec de la fièvre (68%) et de la toux (34%). Une lymphocytopénie (59%) avec une protéine C réactive élevée (70%) a été observée et 91% ont été accouchées par césarienne. Trois admissions en unité de soins intensifs maternels ont été notées mais aucun décès maternel. Un décès néonatal et un décès intra-utérin ont également été signalés.


Source : Acta Obstet Gynecol Scand Auteur : Zaigham M et Andersson O

ANALYSE

Commentateur : Dr Philippe DERUELLE Objectif :
  • Résumer les manifestations cliniques et les résultats maternels et périnataux de COVID ‐ 19 pendant la grossesse rapportées dans la littérature
Principaux résultats :
  • La plupart des études rapportent des femmes se présentant au troisième trimestre avec de la fièvre (68%) et de la toux (34%). Une lymphocytopénie (59%) avec une protéine C réactive élevée (70%) a été observée et 91% ont été accouchées par césarienne. Trois admissions en unité de soins intensifs maternels ont été notées mais aucun décès maternel. Un décès néonatal et un décès intra-utérin ont également été signalés.


Source : Emerging Infect. Dis., Volume 26, Number 6 AuteurYang Li, Ruihong Zhao, Shufa Zheng, Xu Chen, Jinxi Wang, Xiaoli Sheng, Jianying Zhou, Hongliu Cai, Qiang Fang, Fei Yu, Jian Fan, Kaijin Xu, Yu Chen, and Jifang Sheng

ANALYSE

Commentateur

Dr DERUELLE Philippe

Objectif

Rapport d’un cas de FE COVID 19 positive, sans transmission NN.

Points forts

Tous les plvmts ont été réalisés et tous négatifs : lait maternel, CO, placenta et même intra utérin en per opératoire (rare).

Points faibles

Pas de prélèvement vaginal, donc pas de conclusion possible sur les risques d’un AVB par la filière génitale case report donc faible effectif

Conclusion

Case report rapportant une absence de transmission verticale, etsans complications ni pour la mère ni pour le NN. Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.


Source : Transl Pediatr. 2020 Feb Auteur : Huaping Zhu, Lin Wang, Chengzhi Fang, Sicong Peng, Lianhong Zhang, Guiping Chang, Shiwen Xia, Wenhao Zhou

ANALYSE

Commentateur

Dr DERUELLE Philippe

Objectif

Analyser  les caractéristiques cliniques et les issues NN, ainsi que la transmission verticale, et informer sur la PEC NN d’enfants issus de mères COVID-19 +.

Points forts

La détresse fœtale fréquente (60%) suggère que l’hypoxémie maternelle peut être en cause, et peut être ainsi signe de sévérité maternelle.

Points faibles

Pas de prélèvements des annexes pour étuder la transmission : LA, CO, placenta, lat maternel 1 FE très suspcete de COVID mais avec prélèvement oropharyngé négatif (faux négatif?).

Conclusion

Les issues NN peuvent être défavorables : détresse fœtale, acc prématuré, détresse respiratoire NN, CIVD ou thrombocytémie avec cytolyse hépatique, voire le DC. Ainsi malgré le manque de preuves d’une transmission verticale, l’isolement est toujours préconisé avant l’accouchement. Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.


Source : Gynécologie Obstétrique Fertilité et Sénologie Auteur : V Peyronnet et al.

ANALYSE

Commentateur

Dr David REY

Objectif

  • Informer les professionnels de santé sur le SARS-CoV-2 dans le contexte de la grossesse, et proposer un protocole de prise en charge des femmes enceintes en France

Points forts

Propositions de prise en charge présentées en annexe, très complètes: notamment pas de modification de la voie d’accouchement (maintien des indications obstétricales classiques), et la SFN (Société Française de Néonatalogie) et le GPIP (Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique) ne recommandent actuellement pas la séparation mère-enfant et ne contre indique pas l’allaitement.

Points faibles

Manque de données dans la littérature

Conclusion

Transmission materno-fœtale très faible, pas de séparation mère – enfant, allaitement possible. Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.

27 mars 2020 Recommandations

Source : LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE NÉONATALOGIE & DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE PÉDIATRIE


Recommandation pour les soignants et les mamans

Avec le concours du Groupe de Pathologies Infectieuses Pédiatriques (GPIP).

Context

Le virus COVID-19 est responsable d’une pandémie qui a débuté en Décembre 2019. Comparativement aux adultes peu de formes graves sont rapportées chez les enfants. Ainsi, en Chine, les 30-79 ans représentent 90% des cas, tandis que les moins de 18 ans environ 2%. Aucun décès n’a été rapporté chez les enfants infectés par le COVID-19 avant l’âge de 10 ans. Néanmoins, il semble exister de très rares formes sévères chez le nouveau-né en Chine (publication chinoise en cours de soumission). Les raisons du moindre impact pédiatrique ne sont pas connues : les enfants sont-ils moins souvent infectés, moins exposés, mieux protégés, moins souvent symptomatiques. Toutes ces questions sont pour le moment sans réponses claires. Ce qui est vraisemblable, c’est qu’ils participent à la diffusion de la maladie même en l’absence de symptômes.


Télécharger l’article complet


Source : Archives of Pathology and laboratory medecine Auteur : David A. Schwartz

ANALYSE

Commentateur

Dr ANHEIM Mathieu  
  • 38 femmes enceintes COVID+
  • Pas de pneumonie sévère, pas de décès (contrairement au MERS et au SRAS).
  • Pas de transmission intra-utérine identifiée. Analyses négatives chez les bébés testés y compris sur les placentas testés par rt-PCR.
Dans une série de 9 patientes, 8 avaient des anomalies au scanner thoracique, 2 cas avec détresse fœtale, les 9 ont eu une césarienne. Etude intéressante comparant 16 femmes enceinte COVID+ et 45 femmes enceintes COVID- :
  • Les COVID+ étaient au 3ème trimestre, âgées de 24 à 34 ans, accouchement en moyenne à 38.7 semaines. Poids moyen 3200, les femmes enceintes COVID+ sont plus jeunes que les COVID-.
  • Toutes les COVID+ ont eu une césarienne, mais pas de différence de complication entre les 2 groupes (mais 1 cas de préeclampsie sévère avec détresse fœtale et 1 cas de pneumonie avec souffrance fœtale). Les bébés tests sont négatifs. Un pré terme à 36 semaines. Trois cas d’infection pulmonaire d’évolution favorable avec traitement adapté.

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés