Source : The Lancet Auteurs : Mandeep R Mehra, Sapan S Desai, Frank Ruschitzka, Amit N Patel
Cette étude multinationale réalisée sur 96 032 patients hospitalisés atteints de covid-19 rapporte non seulement une absence de bénéfice thérapeutique de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine (avec ou sans macrolides) mais une augmentation de la mortalité chez les patients ayant bénéficiés du traitement (Hazards ratios entre 1,33 et 1,45 selon le schéma de traitement). Il s’agit d’une étude observationnelle rétrospective qui malgré la prise en compte de nombreux facteurs de confusion potentiels ne permet pas de se substituer à un essai clinique randomisé bien mené. Comme les auteurs l’indiquent dans la discussion, les résultats doivent être interprétés avec précaution. Malgré l’utilisation adéquate de méthode statistiques de prise en compte des facteurs de confusion potentiels, le design de l’étude ne permet pas d’exclure un biais de confusion résiduel ou le possible effet de facteurs de confusion non mesurés, ni d’établir un lien de cause à effet entre le traitement et la mortalité. Les résultats de l’étude ne sont pas applicables à une utilisation de ces traitements en ambulatoire ou hors hôpital. Les auteurs concluent que ces traitements ne devraient pas être utilisés hors d’essais cliniques randomisés, mais que ceux-ci restent nécessaires pour confirmer leurs résultats. Par ailleurs, un groupe de commentateurs a adressé une lettre ouverte à l’éditeur du Lancet (le préprint est disponible ici : https://zenodo.org/record/3862789#.XtFJ3Le-g0P). Cette lettre attire l’attention sur des points de méthodologie concernant la collecte et la qualité des données utilisées dans l’étude. Ces commentaires suggèrent une grande prudence sur les résultats obtenus.  


Source : Haut Conseil de la santé publique

 


AVIS

relatif à l’utilisation de l’hydroxychloroquine dans le Covid-19

24 mai 2020

Le Haut Conseil de la santé publique HCSP a été saisi en urgence par courriel en date du 23 mai 2020 afin de donner un avis sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine dans le Covid-19. Le DGS souhaite disposer de l’avis du HCSP s’agissant de l’évolution de l’accès aux thérapeutiques contre le Covid-19 à la suite de la publication du récent article du Lancet sur l’analyse bénéfices risques de cette molécule dans différentes conditions. La DGS demande en particulier au HCSP d’indiquer également si son analyse collégiale remet en cause les mesures du décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret n° 2020 -293 du 23 mars 2020 pour faire face à l’épidémie de Covid19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.


Télécharger l’article complet


Source : medRxiv Auteurs : Elizabeth Williamson and al.
  “Voici une étude britannique, qui a été reprise largement dans les médias. Elle s’intéresse aux facteurs de risque de décéder (à l’hôpital) du COVID en population générale. Échantillon de plus de 17 000 000 d’adultes adhérents au NHS (Angleterre), avec un peu plus de 5000 décès intra-hospitaliers attribués au COVID-19. On y retrouve les facteurs de risque classiques, mais aussi, de façon originale, la précarité (sur la base de la zone géographique) et l’appartenance à un groupe ethnique autre que « blanc ». Une étude « big data », qui ne prend en compte que les décès intra-hospitaliers et ne donne pas d’informations sur le risque de contracter la pathologie : elle mélange « risque de contracter la maladie » et « risque de décéder une fois infecté » présenté par le Dr Marie MOITRY


Source : HAS  

RÉPONSES RAPIDES DANS LE CADRE DU COVID 19

Concernant le suivi des personnes vivant avec le VIH pendant la pandémie de COVID-19
  • Réponse rapide n°1 : les personnes vivant avec le VIH avec une charge virale non contrôlée ou avec des CD4 <200/mm3 sont à risque présumé de développer une forme grave d’infection au COVID-19.
  • Réponse rapide n°2 : la sortie de la période de confinement doit permettre une reprise progressive du suivi clinique, biologique et thérapeutique des personnes vivant avec le VIH au rythme habituellement recommandé


Source : Diabetologia Auteur : Cariou et al.

ABSTRACT :

Aims/hypothesis Coronavirus disease-2019 (COVID-19) is a life-threatening infection caused by the severe acute respiratory syndrome coronavirus-2 (SARS-CoV-2) virus. Diabetes has rapidly emerged as a major comorbidity for COVID-19 severity. However, the phenotypic characteristics of diabetes in COVID-19 patients are unknown.


Source : Santé publique France

 


Point épidémiologique Grand-Est

Qu’est-ce qui est déjà connu de la situation en Grand Est ?

Les premiers cas confirmés de Covid-19 ont été enregistrés en semaine 09-2020 (24 février-01 mars) et le pic de l’épidémie a eu lieu en semaine 13-2020 (23-29 mars) en médecine de ville et dans les structures d’urgence. Depuis, l’activité Covid-19 en ville (associations SOS Médecins et médecins généralistes participant au réseau Sentinelles) et dans les structures d’urgence est en recul ainsi que le taux de tests positifs dans les laboratoires de biologie médicale de ville et hospitaliers. Une diminution des hospitalisations pour Covid-19, des admissions en réanimation et soins intensifs et des décès rapportés par les établissements sanitaires a également été observée confirmant l’efficacité des mesures de confinement et de distanciation sociale mises en place à partir du 17 mars 2020. Le niveau de circulation du virus demeure cependant encore élevé dans certains territoires de la région. Le strict respect des mesures de distanciation sociale demeure une nécessité absolue pour enrayer la circulation du virus.

accédez au dossier complet.


Télécharger l’article complet


Source : Santé publique France

 


Point épidémiologique national

Points clés hebdomadaires :

  • Poursuite de la diminution des recours pour COVID-19 par SOS Médecins et aux urgences hospitalières traduisant une diminution des nouvelles contaminations
  • Stabilisation des recours en médecine générale pour COVID-19
  • Diminution des nouvelles hospitalisations et des nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19
  • Diminution lente des nombres de patients hospitalisés et patients admis en réanimation – Réanimation : 79% des cas avec comorbidités et 53% âgés de 65 ans et plus – Décès : au moins 81% avec comorbidités et 93% âgés de 65 ans et plus
  • Excès de mortalité toutes causes au niveau national et particulièrement marqué dans les régions Grand Est et Ile-de-France

accédez au dossier complet.


Télécharger l’article complet


Source : Radiology

Auteur : Ian LEONARD-LORANT and al.


ABSTRACT :

Reports of acute pulmonary embolism associated with COVID-19 have emerged in the literature. For example, Chen et al. described 25 pulmonary CT angiograms examinations from 1008 COVID-19 patients; 10 were positive for pulmonary embolism mostly as segmental or sub-segmental APE [1]. In addition, D-dimer levels have been reported as elevated in patients with COVID-19 [2; 3] with the suggestion of an independent association between the severity of the disease and the level of D-dimer [4]. The purpose of this report is to describe the rate of pulmonary embolus in patients classified as COVID-19 infection and who underwent chest CT at atertiary referal center.


Télécharger l’article complet


Source : Radiology Auteur : Hyungjin Kim and al.

ANALYSE:

Commentateur : Dr Mathieu OBERLIN

Objectif : 

  • Evaluer la performance du scanner thoracique et de la RT-PCR, à travers la valeur prédictive, en fonction de la prévalence de la maladie
Principaux résultats : 
  • Pour le TDM
    • VPP 1,5%, VPN 99,8% si prévalence 1%
    • VPP 14,2% et VPN 98,2% si P 10%
    • VPP 48,8% et VPN 90,6% si P 39%
Conclusion : 
  • En dehors d’une phase épidémique avec prévalence >40%, l’utilité du TDM thoracique pour screener les malades est mauvaise.
Téléchargez l’analyse complète ICI

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés