Hydroxychloroquine or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19: a multinational registry analysis

3 juin 2020

Source : The Lancet

Auteurs : Mandeep R Mehra, Sapan S Desai, Frank Ruschitzka, Amit N Patel


Cette étude multinationale réalisée sur 96 032 patients hospitalisés atteints de covid-19 rapporte non seulement une absence de bénéfice thérapeutique de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine (avec ou sans macrolides) mais une augmentation de la mortalité chez les patients ayant bénéficiés du traitement (Hazards ratios entre 1,33 et 1,45 selon le schéma de traitement). Il s’agit d’une étude observationnelle rétrospective qui malgré la prise en compte de nombreux facteurs de confusion potentiels ne permet pas de se substituer à un essai clinique randomisé bien mené. Comme les auteurs l’indiquent dans la discussion, les résultats doivent être interprétés avec précaution. Malgré l’utilisation adéquate de méthode statistiques de prise en compte des facteurs de confusion potentiels, le design de l’étude ne permet pas d’exclure un biais de confusion résiduel ou le possible effet de facteurs de confusion non mesurés, ni d’établir un lien de cause à effet entre le traitement et la mortalité. Les résultats de l’étude ne sont pas applicables à une utilisation de ces traitements en ambulatoire ou hors hôpital. Les auteurs concluent que ces traitements ne devraient pas être utilisés hors d’essais cliniques randomisés, mais que ceux-ci restent nécessaires pour confirmer leurs résultats.

Par ailleurs, un groupe de commentateurs a adressé une lettre ouverte à l’éditeur du Lancet (le préprint est disponible ici : https://zenodo.org/record/3862789#.XtFJ3Le-g0P). Cette lettre attire l’attention sur des points de méthodologie concernant la collecte et la qualité des données utilisées dans l’étude. Ces commentaires suggèrent une grande prudence sur les résultats obtenus.

 

SUMMARY

Hydroxychloroquine or chloroquine, often in combination with a second-generation macrolide, are being widely used for treatment of COVID-19, despite no conclusive evidence of their benefit. Although generally safe when used for approved indications such as autoimmune disease or malaria, the safety and benefit of these treatment regimens are poorly evaluated in COVID-19.


Télécharger l’article complet

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés