Lopinavir/ritonavir in COVID-19 patients: maybe yes, but at what dose?

18 mai 2020

Source : Journal of Antimicrobial Chemotherapy

Auteur : Sara Baldelli et al


ANALYSE:

Commentateur : Dr David REY.

“Voici une étude Italienne sur le lopinavir/ritonavir utilisé en traitement du COVID-19 (en « réponse » à l’article chinois paru dans le New England Journal of Medicine)”

  • Les auteurs s’intéressent aux concentrations plasmatiques résiduelles de lopinavir et ritonavir après au moins 3 jours de traitement
  • 21 patients traités pour un COVID-19 (7 femmes, 14 hommes, âge moyen 59 ans) ; tous ont 1 cytolyse hépatique modérée (moyenne ALAT à 55 UI/l)
  • Concentration plasmatique résiduelle : 5 185 à 30 149 ng/ml pour le lopinavir et 183 à 2 245 ng/ml pour le ritonavir, soit des concentrations 3 fois plus élevées que dans le traitement de l’infection VIH (même posologie)
  • Toutes les concentrations de lopinavir sont supérieures aux valeurs thérapeutiques du laboratoire ! et 6 patients ont eu des effets secondaires digestifs.
  • Y a-t-il des explications ? 1. Conséquence de l’atteinte hépatique due au coronavirus ? 2. Interactions médicamenteuses ? ici les patients ont aussi tous été traités par chloroquine!!
  • Une chose est sûre : la faible, voire non, efficacité du lopinavir n’est pas due à une sous-exposition à la molécule !
  • Etude Italienne sur le lopinavir/ritonavir utilisé en traitement du COVID-19 (en « réponse » à l’article chinois paru dans le New England Journal of Medicine)
  • Les auteurs s’intéressent aux concentrations plasmatiques résiduelles de lopinavir et ritonavir après au moins 3 jours de traitement
  • 21 patients traités pour un COVID-19 (7 femmes, 14 hommes, âge moyen 59 ans) ; tous ont 1 cytolyse hépatique modérée (moyenne ALAT à 55 UI/l)
  • Concentration plasmatique résiduelle : 5 185 à 30 149 ng/ml pour le lopinavir et 183 à 2 245 ng/ml pour le ritonavir, soit des concentrations 3 fois plus élevées que dans le traitement de l’infection VIH (même posologie)
  • Toutes les concentrations de lopinavir sont supérieures aux valeurs thérapeutiques du laboratoire ! et 6 patients ont eu des effets secondaires digestifs.
  • Y a-t-il des explications ? 1. Conséquence de l’atteinte hépatique due au coronavirus ? 2. Interactions médicamenteuses ? ici les patients ont aussi tous été traités par chloroquine!!
  • Une chose est sûre : la faible, voire non, efficacité du lopinavir n’est pas due à une sous-exposition à la molécule !

Mots clés : lopinavir, ritonavir, dosage plasmatique, concentration résiduelle, transaminases


Télécharger l’article complet

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés