Source : BMJ Auteurs : Mohammad S Raza and al.
  “Voici un article du BMJ, qui propose des outils d’aide à la prise en charge et au suivi psychologique des personnes isolées en période épidémique. Les encarts qui y sont inclus sont clairs et opérationnels. Un “plus” intéressant : une patiente a relu le papier et émis des commentaires.
L’article rappelle aussi ceci : “Loneliness is a subjective unpleasant experience […]  It is a psychological manifestation of social isolation […] and is associated with adverse impacts on mental and physical health, including premature death at rates comparable to obesity and smoking”. ” présenté par le Dr Marie MOITRY


Source : Clinical Infectious Diseases Auteur : Fadel R. et al.

ANALYSE:

Commentateur : Dr David REY. Objectif :
  • Evaluer le bénéfice d’une courte corticothérapie chez des patients hospitalisés pour une infection COVID-19
Principaux résultats :
  • Une progression clinique survient chez 34,9% des patients sous corticoïdes versus 54,3% avec le traitement standard (p = 0,005).
  • Un bénéfice est observé pour chacun des 3 critères composites de l’objectif principal.
  • La durée d’hospitalisation est également plus courte sous corticoïdes.
Conclusion :
  • Bénéfice d’une courte corticothérapie instaurée précocément en cas de COVID modéré.
Lire toute l’analyse ICI.


Source : JAMA Auteur : Sood N. et al.

ANALYSE:

Commentateur : Dr David REY. Objectif :
  • Déterminer la séroprévalence du SARS-CoV-2 dans un échantillon de la population de Los Angeles (tirée au sort, avec des quotas par sous-groupe selon âge, sexe, et distribution ethnique).
Principaux résultats :
  • 35 personnes, soit 4,06% ont une sérologie positive.
  • Positivité plus élevée chez les hommes, les 35-54 ans et les afro-américains.
  • Au final, la prévalence pondérée est de 4,65%.
Conclusion : 
  • Séroprévalence COVID-19 population adulte à Los Angeles: 4,65%.
Lire toute l’analyse ICI.


Source : The Lancet Auteurs : Corey M Peak and al.
  “Un article qui compare les mesures de quarantaine stricte avec le “active tracing” des personnes contact “Individual quarantine vs active monitoring…”. Dans la plupart des simulations effectuées, l’efficacité des deux stratégies n’était pas différente : soit elles permettaient de contrôler l’épidémie, soit elle ne le permettait pas. L’article est très complexe sur le plan de la modélisation, il est commenté dans le papier COVID-19 : when should quarantine be enforced. Celui-ci aborde également la problématique de l’acceptation de la restriction de libertés qu’imposent ses mesures, et encourage la prise en compte de leur impact sur la vie économique et sociale dans les modélisations futures. .” présenté par le Dr Marie MOITRY


Source : The Lancet Auteurs : Rüdiger Groß and al.
  “Ce papier rapporte la détection de SARS-CoV-2 dans le lait maternel d’une femme et de son nouveau-né, tous deux infectés par le COVID-19. Il interroge sur les modes de transmission materno-foetale, notamment l’allaitement.” présenté par le Dr Marie MOITRY

23 mai 2020 Actualités

Source : Santé publique France

 


Point épidémiologique national

Points clés hebdomadaires :

  • Depuis sept semaines, les indicateurs épidémiologiques de circulation du SARS-CoV-2 sont en baisse en France, à l’exception de Mayotte − diminution des recours pour COVID-19 aux urgences hospitalières traduisant une diminution des nouvelles contaminations − diminution du nombre des nouvelles hospitalisations, des nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19, des nombres de patients hospitalisés et des patients en réanimation
  • Légère augmentation des nombres d’actes SOS Médecins en semaine 20, mais part d’activité stable depuis plus de deux semaines
  • A Mayotte, maintien de la circulation du SARS-CoV-2 à un niveau élevé
  • Patients à risque pour COVID-19 − réanimation : 83% des cas avec comorbidités et 54% âgés de 65 ans et plus − décès : 86% avec comorbidités et au moins 93% âgés de 65 ans et plus
  • Régression des syndromes inflammatoires multi systémiques survenus chez l’enfant et en lien avec l’épidémie de COVID-19 Excès de mortalité toutes causes au niveau national, particulièrement marqué dans les régions Grand Est et Ile-de-France et notamment lors des semaines 13 à 17 et tendant à revenir à des niveaux habituels

Télécharger l’article complet


Source : HAS  

RÉPONSES RAPIDES DANS LE CADRE DU COVID 19

Concernant le suivi des personnes vivant avec le VIH pendant la pandémie de COVID-19
  • Réponse rapide n°1 : les personnes vivant avec le VIH avec une charge virale non contrôlée ou avec des CD4 <200/mm3 sont à risque présumé de développer une forme grave d’infection au COVID-19.
  • Réponse rapide n°2 : la sortie de la période de confinement doit permettre une reprise progressive du suivi clinique, biologique et thérapeutique des personnes vivant avec le VIH au rythme habituellement recommandé

22 mai 2020 Actualités

Source : Clinical Infectious Diseases Auteur : Cristina Gervasoni et al

ANALYSE:

Commentateur : Dr David REY. Objectif : Description clinique des patients infectés par le VIH, ayant fait une infection COVID, et leur évolution Principaux résultats :
  • 47 patients: 28 COVID prouvés (PCR:26 et sérologie: 2), et 19 probables.
  • Hommes: 76%, âge moyen de 51 ans, seuls 3 patients n’ont pas une charge virale VIH indétectable.
  • La plupart ont plus de 350 CD4/mm3. Près de 64% ont 1 comorbidité.
  • Environ 80% sont sous anti-intégrase, et 11% sous anti-protéase. 13 patients sont hospitalisés, il y a 2 décès.
Conclusion :
  • Plus grande série à ce jour de PVVIH avec une infection COVID.
  • Population masculine, et plus jeune que les patients non VIH avec COVID.
  • Pas d’effet protecteur des ARV.
  • Bon pronostic dans ce contexte d’une infection VIH traitée et contrôlée, ce qu’on savait déjà.
Lire l’analyse ICI.

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés