Source : URBAN PHYSICS, WIND ENGINEERING & SPORTS AERODYNAMICS Auteur :B. Blocken and al.
Attention ! Si vous pratiquez le jogging, vous aspergez de gouttelettes de salive le suivant jusqu’à 10 mètres de distance. Des biophysiciens ont modélisé le nuage de gouttelettes de salive d’un joggeur en fonction de sa vitesse. Résultats : à 4 km/h (marche rapide) la distance de sécurité pour le suivant est de 5 mètres ; à 14,4 km/h (jogging) cette distance est de 10 mètres. En deçà, vous serez noyé dans un nuage de gouttelettes salivaires (conditions de laboratoire avec vent nul). Solution : courir de front avec une distance de sécurité de 1,5 mètre. Regardez la figure 10 et 12 de cet article, vous serez impressionnés (adieu le jogging) !

ABSTRACT

Within a time span of only a few months, the COVID-19 virus has managed to spread to many countries in the world. Previous research has shown that the spread of this type of viruses can occur effectively by means of saliva, often in the form of micro-droplets. When a person sneezes, coughs or even exhales, he or she is emitting small droplets – often too small to see with the naked eye – that can carry the virus. The receiving persons can be infected by inhaling these droplets, or by getting these droplets on their hands and then touching their face.


Source : Clinical Infectious Diseases Auteur : J Yuan et al.

ANALYSE

Commentateur : Dr David REY

Objectifs :

  • Etudier les rechutes virologiques après sortie d’hospitalisation et clairance virologique
Principaux résultats :
  • 25 d’entre eux sont ré-hospitalisés pour PCR positives et ré-apparition de signes cliniques.
  • Age médian: 28 ans, et
  • 17 sont des femmes.
  • En moyenne 7,32 jours +- 3,86 jours entre dernière PCR négative, et repositivation.


Source : Clinical Infectious Diseases Auteur : K Danis et al.

ANALYSE

Commentateur : Dr David REY

Objectifs :

  • A partir d’un cas index (citoyen britanique ayant séjourné en France fin janvier, en sports d’hiver, après avoir participé à un congrès à Singapoore), décrire l’identification des contacts, la détectiondes cas secondaires, et assurer la prévention de la transmission.
Principaux résultats :
  • 5 testés + en France, 6 en Angleterre et 1 en Espagne. Taux d’attaque global de 75% (82% dans l’appartement 1 et 60% dans l’appartement 2).

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés