31 mars 2020 Recommandations

Source : Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme

Auteur : Ronan Thibault et al.


CONTEXTE

L’épidémie virale causée par le nouveau Coronavirus SARS-CoV-2 est responsable de la maladie liée au Coronavirus-2019 (Covid-19). Cette épidémie impose des bouleversements dans nos organisations en établissements de santé qui ne doivent pas occulter l’importance du soin nutritionnel.

Ce document a été élaboré par la Société Francophone de Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNCM) à destination des professionnels de santé travaillant en établissements de santé pour les aider à prendre en charge les patients dénutris ou à risque nutritionnel hospitalisés, en service conventionnel ou en réanimation :

  • en premier lieu les patients atteints de la maladie liée au Coronavirus-2019 (Covid-19), qui est la maladie infectieuse respiratoire causée par le nouveau Coronavirus SARS-CoV-2, incluant les patients de réanimation,
  • mais aussi tout autre patient hospitalisé, dont la prise en charge ne doit pas être pénalisée.

Le diagnostic nutritionnel et la prise en charge nutritionnelle précoce des patients Covid-19 doivent être intégrés dans la stratégie thérapeutique globale, comme pour toute situation aigüe d’agression métabolique.

Ce document a été élaboré dans l’urgence de la crise sanitaire par un groupe d’experts, en se basant sur les recommandations nationales et internationales disponibles dans le domaine de la dénutrition, des états d‘agression métaboliques aigus et de la réanimation à la date du 23 mars 2020. Il pourra évoluer si nécessaire en fonction de connaissances nouvelles plus spécifiques sur la maladie Covid-19.

Nous espérons qu’il apportera aux professionnels de santé, surtout non spécialisés en nutrition, des repères utiles pour la prise en charge des patients hospitalisés en cette période d’épidémie et de confinement intra-hospitalier.

 


Télécharger l’article complet


SourceMedRxiv preprint Auteur : Zhaowei Chen and al.

ANALYSE

Commentateur : Delphine KLEIN Date de pré-publication : 22/03/2020

Objectif :

Essai clinique randomisé visant à évaluer l’efficacité de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints de COVID-19.

Résultats :

  • Essai clinique sur 62 patients atteints de COVID-19, 31 patients ont reçu le traitement standard (groupe témoins) et 31 patients ont reçu le traitement standard plus de l’hydroxychloroquine sous forme orale pendant 5 jours.
  • L’étude rapporte que le délai de récupération clinique c’est-à-dire diminution de la fièvre et soulagement de la toux était significativement plus court chez les patients du groupe hydroxychloroquine que chez les patients du groupe témoins. Les auteurs ont aussi constaté une plus grande proportion de patients présentant une amélioration de la récupération pulmonaire dans le groupe hydroxychloroquine par rapport au groupe témoins (80,6% versus 54,8%).

Conclusion :

Malgré un effectif faible (62 patients), cette étude a permis de montrer le potentiel de l’hydroxychloroquine dans le traitement de patients atteints de formes non sévères du COVID-19. Cependant, ces résultats doivent être confirmés avec des études à plus grande échelle.


Source : Annual Reviews Auteur : Jun Chen and Kanta Subbarao

ANALYSE

Commentateur : Dr Thomas LAVAUX

 Revue sur la biologie de l’infection à SARS-CoV de 2003

A noter : l’infection à SARS-CoV présente des fortes similitudes avec celle du SARS-CoV-2. La réponse interféron initiale peut induire une réponse pro-inflammatoire secondaire délétère (surexpression d’IL-1b, d’IL-6, et aussi d’IL-8 et d’autres chimiokines comme IP-10 et MCP-1). Cette réponse pro-inflammatoire excessive secondaire est la cause des complications pulmonaires, et pour les cas les plus graves du SDRA. Sur des modèles animaux ce mécanismes pro-inflammatoire est exacerbé avec l’âge. Le rôle clé des cellules dendritiques pulmonaires est également souligné (pDC)

Conclusion :

Les études sur l’infection à SARS-CoV de 2003 peuvent éclairer les mécanismes immunitaires en jeu dans le COVID19, et permettre une meilleurs compréhension afin d’élaborer des stratégies thérapeutiques


Source : MICROMEDEX


 ABSTRACT

CORONAVIRUS DISEASE 2019 (COVID-19) OUTBREAK

The outbreak of coronavirus disease 2019 (COVID-19) is caused by the novel coronavirus SARSCoV-2, which is an RNA virus that is associated with acute respiratory tract illness in humans [1]. Currently, no medications are FDA-approved for the treatment or prophylaxis of COVID-19, although some medications have potential activity based on in-vitro or in-vivo data. No data are available from observational or randomized controlled trials in humans as of March, 2020. Various medications are proposed to have efficacy against SARS-CoV-2 infection, including novel, unapproved agents (eg, remdesivir) and agents approved for other indications (e.g., lopinavir/ritonavir, chloroquine, hydroxychloroquine). Certain agents are being considered for repurposed use against SARS-CoV-2, and various trials are underway or enrolling as of March, 2020 [1].

For continuing updates regarding COVID-19, including interim guidance, visit the following CDC website:

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/index.html.

For health professionals, a frequently asked question and answer website is available from the CDC, including up-to-date information on treatment and post-exposure prophylaxis:

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019- ncov/hcp/faq.html [1].

 


Télécharger l’article complet


Source : Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique


 ABSTRACT

Les patients atteints de maladies cardiovasculaires semblent présenter un risque accru de développer une forme plus sévère en cas d’infection à coronavirus 2019 (COVID-19) [1,2]. Bien que les manifestations cliniques de COVID-19 soient dominées par des symptômes respiratoires, certains patients peuvent également présenter des complications cardiovasculaires [1]. L’objectif de cette synthèse est de faire le point sur l’état actuel des connaissances entre système-rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA), en particulier l’enzyme de conversion de l’angiotensine II (ACE2), et COVID-19 et entre médicaments bloqueurs du SRAA et COVID-19.

Accédez à la foire au questions “Spécial COVID-19” sur le site de la SFPT.




Source : Clinical Infectious Diseases Auteur : A Giacomelli and al.

ANALYSE

Commentateur : Dr David REY

Objectif:

  • Etudier la prévalence des troubles du goût et de l’odorat chez les personnes infectées par SARS-CoV-2

Principaux résultats:

  • 20 (33,9%) rapportent un trouble du goût ou de l’odorat, et 11 (18,6%) les 2. 12 patients (20,3%) présentent ces symptômes avant l’hospitalisation. Ces troubles sont plus souvent rapportés par les femmes (52,6%) que les hommes (25%). Les personnes qui rapportent ces troubles sont plus jeunes (médiane: 56 ans, versus 66 ans).

Points forts :

Confirmation rapide de constatations faites sur le terrain par tous les cliniciens

Points faibles :

Questionnaire simple, non structuré, alors qu’il esiste des questionnaires validés, tel le “Pennsylvania smell identification test”.

Conclusion :

Fréquence élevé (33,9%) des troubles du goût et ou de l’odorat dans les infections à SARS-CoV-2 Vous pouvez télécharger l’analyse ICI.


Source : Journal of Clinical Medicine

Auteur : Junxiong Pang and al.


ABSTRACT

Rapid diagnostics, vaccines and therapeutics are important interventions for the management of the 2019 novel coronavirus (2019-nCoV) outbreak. It is timely to systematically review the potential of these interventions, including those for Middle East respiratory syndrome-Coronavirus (MERS-CoV) and severe acute respiratory syndrome (SARS)-CoV, to guide policymakers globally on their prioritization of resources for research and development. A systematic search was carried out in three major electronic databases (PubMed, Embase and Cochrane Library) to identify published studies in accordance with the Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses (PRISMA) guidelines. Supplementary strategies through Google Search and personal communications were used. A total of 27 studies fulfilled the criteria for review. Several laboratory protocols for confirmation of suspected 2019-nCoV cases using real-time reverse transcription polymerase chain reaction (RT-PCR) have been published. A commercial RT-PCR kit developed by the Beijing Genomic Institute is currently widely used in China and likely in Asia. However, serological assays as well as point-of-care testing kits have not been developed but are likely in the near future. Several vaccine candidates are in the pipeline. The likely earliest Phase 1 vaccine trial is a synthetic DNA-based candidate. A number of novel compounds as well as therapeutics licensed for other conditions appear to have in vitro efficacy against the 2019-nCoV. Some are being tested in clinical trials against MERS-CoV and SARS-CoV, while others have been listed for clinical trials against 2019-nCoV. However, there are currently no effective specific antivirals or drug combinations supported by high-level evidence.

 


Télécharger l’article complet


Source : Journal of Clinical Medicine

Auteur : Junxiong Pang and al.


ABSTRACT

Rapid diagnostics, vaccines and therapeutics are important interventions for the management of the 2019 novel coronavirus (2019-nCoV) outbreak. It is timely to systematically review the potential of these interventions, including those for Middle East respiratory syndrome-Coronavirus (MERS-CoV) and severe acute respiratory syndrome (SARS)-CoV, to guide policymakers globally on their prioritization of resources for research and development. A systematic search was carried out in three major electronic databases (PubMed, Embase and Cochrane Library) to identify published studies in accordance with the Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses (PRISMA) guidelines. Supplementary strategies through Google Search and personal communications were used. A total of 27 studies fulfilled the criteria for review. Several laboratory protocols for confirmation of suspected 2019-nCoV cases using real-time reverse transcription polymerase chain reaction (RT-PCR) have been published. A commercial RT-PCR kit developed by the Beijing Genomic Institute is currently widely used in China and likely in Asia. However, serological assays as well as point-of-care testing kits have not been developed but are likely in the near future. Several vaccine candidates are in the pipeline. The likely earliest Phase 1 vaccine trial is a synthetic DNA-based candidate. A number of novel compounds as well as therapeutics licensed for other conditions appear to have in vitro efficacy against the 2019-nCoV. Some are being tested in clinical trials against MERS-CoV and SARS-CoV, while others have been listed for clinical trials against 2019-nCoV. However, there are currently no effective specific antivirals or drug combinations supported by high-level evidence.

 


Télécharger l’article complet


Source : Journal of medical Virology Auteur : Cantong Zhang and al.

ANALYSE

Commentateur : Dr MArie MOITRY

Intérêt :

  • Met en perspective 6 traitements controversés des patients atteints de COVID-19 : remdesivir, ribavirine, chloroquine et dérivés, glucocorticoïdes, ECMO et suppléance artificielle du foie.

Principaux résultats:

  • Les effets antiviraux du remdesivir et de la chloroquine, observés in vitro, sont encourageants. La ribavirine, antiviral à large spectre, pourrait avoir sa place dans l’arsenal thérapeutique.
  • Par leur effet anti-inflammatoire, les glucocorticoïdes pourraient être utilisés en complément des antiviraux.
  • Les effets potentiellement toxiques et les contre-indications de la ribavirine, de la chloroquine et des glucocorticoïdes doivent être pris en compte et appellent à la prudence.
  • Il manque des données sur les effets cliniques de ces molécules.
  • Les soins de support tels que l’ECMO ou la suppléance artificielle du foie doivent être réservées aux patients critiques du fait de leurs complications éventuelles.

30 mars 2020 Actualités

Source : Nature

Auteur : Marco Borggreve


Un éclairage sur l’apport des sciences comportementales pour la gestion de crise. Il est intéressant de constater que dans cette période “solitaire”, nous sommes sensibles au collectif : “si les autres le font, je suis plus enclin à le faire”…

In the current absence of medical treatment and vaccination, the unfolding COVID-19 pandemic can only be brought under control by massive and rapid behaviour change. To achieve this we need to systematically monitor and understand how diferent individuals perceive risk and what prompts them to act upon it, argues Cornelia Betsch


Télécharger l’article complet

© Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 2020 - Tous droits réservés